Le Tabac

Les principaux constituants d’une cigarette :

constituants-cigarette

I. Qu’est-ce que le tabagisme passif ? Le tabagisme passif est le fait d’être exposé de façon involontaire à la fumée de tabac. La fumée inhalée par les fumeurs passifs est un mélange de fumée expirée par des fumeurs et de fumée émanant directement du tabac en combustion. Ce mélange contient de la nicotine de même que diverses substances cancérigènes et toxines. II. Que peut provoquer le tabagisme passif ? Il existe suffisamment de preuves pour conclure que le risque de cancer est plus élevé chez les personnes qui n’ont jamais fumé mais qui ont été exposés à la fumée de tabac, par exemple les conjoints de fumeurs et les non-fumeurs exposés sur le lieu de travail. Toutefois, le risque est bien moindre que pour les fumeurs actifs. Pour d’autres cancers cependant, comme le cancer du sein et les cancers de l’enfant, les éléments de preuve ne sont pas concluants. Les études sur les animaux de laboratoire confirment les preuves indiquant que le tabagisme passif peut provoquer le cancer chez l’homme. Certaines données suggèrent que des chiens vivant dans des ménages où l’on fume ont également un risque plus élevé de développer certains cancers.

La fumée de tabac est un cocktail de produits toxiques.

Elle représente un aérocontaminant presque parfait.

Elle se compose d’une phase gazeuse et d’une phase formée de particules très fines, qui pénètrent dans les alvéoles pulmonaires et dans toute la circulation de notre corps.

Elle contient 4 types de substances particulièrement nocives, dont les effets toxiques se conjuguent :

La Nicotine, très diffusible, qui passe directement dans le sang.

· Chaque bouffée de cigarette en contient une quantité suffisante pour tuer un rat auquel on l’aurait injectée.

· 80% de la nicotine est retenue dans l’organisme qui inhale la fumée.

· Ses effets principaux se manifestent sur le système nerveux (nausées, sueurs froides de la 1ère cigarette), mais surtout sur l’appareil circulatoire. Elle provoque une accélération du cœur de 15 à 20 pulsations par minute, une augmentation de la tension artérielle, de 1 à 2 mm de mercure. Elle est, ce qui est beaucoup plus grave, un facteur de rétrécissement des petites artères, à l’origine d’accidents vasculaires, cardiaques et cérébraux notamment.

Elle entraîne en outre un spasme des petites bronches, responsable d’une gêne respiratoire, pouvant atteindre un niveau dramatique chez l’asthmatique.

· C’est la nicotine, enfin, qui est responsable de la dépendance tabagique et de la toxicomanie qui en découle. Le fumeur privé de tabac ressent une impression de manque et, par accoutumance, devient tributaire des doses de plus en plus importantes.

L’oxyde de carbone

· Il est aussi très diffusible et passe directement dans le sang.

· Ses effets sont comparables à ceux d’un poêle mal réglé ou d’une fuite de gaz.

· Il se combine dans le sang à l’hémoglobine, pour former la carboxyhémo-globine. Il en résulte une diminution de l’apport d’ oxygène au sang et aux organes de notre corps, une sous-oxygénation, entraînant un risque d’accidents graves accru au cours de l’effort physique.

Les carbures polycycliques :

· Ce sont des substances cancérigènes, notamment les 3,4 benzopyrènes.

· Elles sont un redoutable facteur de cancérisation sur tout le trajet parcouru par la fumée de tabac : lèvres, langue , pharynx, larynx, bronches, et sur ses voies d’élimination : vessie

Le tabagisme est un désastre sanitaire, responsable de dizaines de millions de décès en France, dont un grand nombre sont des morts prématurées.

La mortalité croît de façon régulière en fonction :

- du nombre de cigarettes fumées, par effet cumulatif,

- du degré d’inhalation de la fumée,

- de l’âge auquel on a commencé à fumer :

la nocivité est multipliée par deux avant 20 ans.

 

· Le tabac provoque aussi des plaques de leucoplasie de la bouche et du pharynx, qui font le lit du cancer et sont à l’origine de 6 à 7% des tumeurs malignes. Les plaques de leucoplasie se localisent surtout sur la langue, les gencives et les lèvres, mais elles peuvent aussi atteindre le voile du palais, le plancher de la bouche et le pharynx.

Les cancers existants à cause du tabac :
- Le cancer des bronches =>

Le risque est multiplié par 25 pour un homme qui consomme un paquet de cigarettes par jour. Le gros fumeur a un risque multiplié par 50 par rapport au non-fumeur. Il apparaît de plus en plus tôt chez des sujets ayant commencé à fumer dès l’âge scolaire. Il concerne de plus en plus de femmes, dont le taux de cancer des bronches rattrape celui des hommes. Il devient le 2ème cancer de la femme par sa fréquence.

Signalons dès maintenant le risque accru de ce cancer chez le conjoint du gros fumeur, par tabagisme passif.

- Les cancers des voies aérodigestives supérieures =>

Ces cancers sont liés au rôle quasi exclusif du tabac et de l’alcool. L’association de l’un et l’autre (alcool-tabagisme) multiplie par 3 le risque de chacun d’eux .

 

- Le cancer de la vessie =>

Le risque est multiplié par 2 chez le fumeur.

Il y a corrélation statistique avec la durée de consommation des cigarettes.

 

Les problèmes vasculaires à cause du tabac :

  - L’hypertension artérielle => Le tabac est la cause majeure de l’hypertension artérielle du sujet jeune.

Il accroît le risque d’hypertension artérielle résistante au traitement et d’hypertension artérielle par athérome de l’artère rénale.

La cigarette déclenche une poussée paroxystique d’hypertension artérielle, phénomène constant et reproductible.

Ils peuvent précéder, ou constituer l’une des premières manifestations de lésions artérielles plus graves dans d’autres secteurs :

- 2 ans avant – un infarctus du myocarde chez 28% des fumeurs

- une artérite des membres inférieurs chez 56% des fumeurs

 

III. L’arrêt du tabagisme passif.

L’arrêt du tabac …

 

- suffit à lui seul à améliorer l’érection en cas d’atteinte artérielle modérée

- est indispensable à l’efficacité des traitements en cas d’atteinte artérielle importante

- peut prévenir la survenue de complications plus redoutables, cardiaques ou cérébrales.

Le cancer des lèvres du fumeur de mégot,

Le cancer de la langue du tabac à chiquer ou à priser,

Le cancer du pharynx (surtout l’alcool)

Le cancer du larynx (surtout le tabac)

Que de souffrances et de morts prématurées pourraient être évitées par l’éviction du tabac !

  

IV. Le tabagisme dans les lieux publics : Décret du 15 novembre 2006 mis en application depuis le1er février 2007, sur l’interdiction de fumer dans les lieux publics : –> Interdiction de fumer dans les lieux publics clos et couverts. –> L’entreprise devient donc un lieu sans tabac sans exception. –> A considérer comme une mesure de santé publique visant à protéger la santé des non-fumeurs, mais aussi à réduire la consommation des fumeurs et inscrire cet objectif dans l’entreprise comme objectif de santé au travail.

 

anti-tabac

 

Réalisé par : Marine ; Alexia ; Emeline.