Archives mensuelles : avril 2016

Nouvelles images du soleil

I – Comment on étudie le soleil ?

 

Le Soleil est un objet très particulier pour nous, à qui il apporte la vie. Il joue un rôle primordial dans notre existence, et lorsqu’il se cache derrière des nuages, nous en sommes affectés…

Une opposition forte entre le Soleil et les étoiles saute aux yeux : l’un symbolise le jour, les autres la nuit ; lumière éblouissante d’un côté, faible clarté de l’autre ; une grosse boule de feu, de petits points lumineux…

Rien de commun !

Et pourtant, assez récemment, les astronomes ont compris que le Soleil est une étoile, ou que les étoiles sont des soleils…

Toutes les différences que l’on note à l’œil nu ne proviennent que de leurs distances très différentes : la première étoile après le soleil est 300.000 fois plus éloignée que lui. Ils nous apparaissent donc comme deux phares identiques placés, l’un à 1 km, l’autre sur la Lune !

L’intérêt du Soleil en astronomie est donc très grand : il est primordial de comprendre comment fonctionne notre source de vie ; mais puisque ce n’est qu’une étoile parmi tant d’autres, il doit être quelque peu représentatif de toutes les étoiles. Or sa proximité nous permet de l’étudier en grand détail, et donc, après avoir compris comment il fonctionne, nous pourrons extrapoler ces connaissances pour avoir une idée très correcte du fonctionnement des étoiles. Mais finalement, celles-ci s’avéreront extrêmement variées…

Le Soleil historique

Pour les Anciens, le Soleil appartient au monde supralunaire, donc il doit être parfait. Effectivement, sa surface est à première vue immaculée, bien que dans quelques circonstances, vu à travers la brume, on peut y distinguer des taches lorsqu’elles sont particulièrement développées.

Or en 1610, lorsque Galilée tournera sa lunette vers le Soleil (ce que nous ne ferons pas par prudence !), il découvrira des taches à sa surface, rendant caduc le dogme du monde supralunaire parfait… A partir de là, tout deviendra possible en matière d’idées.

Dans ces conditions, la distinction stricte entre les deux mondes disparaît, et rien ne s’oppose plus à ce que le Soleil soit fait de matière semblable à celle de la Terre.

II – Qu’est-ce qu’on a découvert sur le soleil ?

 

Le Soleil est l’étoile du Système solaire. Dans la classification astronomique, c’est une étoile de type naine jaune, composée d’hydrogène (75 % de la masse ou 92 % du volume) et d’hélium (25 % de la masse ou 8 % du volume)9. Le Soleil fait partie de la galaxie appelée la Voie lactée et est situé à environ environ 8 kpc (∼26 100 a.l.) du centre galactique. Autour de lui gravitent la Terre (à la vitesse de 30 km/s), sept autres planètes, au moins cinq planètes naines, de très nombreux astéroïdes et comètes et une bande de poussière. Le Soleil représente à lui seul 99,86 % de la masse du Système solaire ainsi constitué, Jupiter représentant plus des deux tiers du reste.

L’énergie solaire transmise par le rayonnement solaire rend possible la vie sur Terre par apport d’énergie lumineuse (lumière) et d’énergie thermique (chaleur), permettant la présence d’eau à l’état liquide et la photosynthèse des végétaux. Les UV solaires contribuent à la désinfection naturelle des eaux de surfaces et à y détruire certaines molécules indésirables (quand l’eau n’est pas trop turbide)10. La polarisation naturelle de la lumière solaire (y compris de nuit après diffusion ou réflexion, par la Lune) ou par des matériaux tels que l’eau ou les cuticules végétales est utilisée par de nombreuses espèces pour s’orienter.

Le rayonnement solaire est aussi responsable des climats et de la plupart des phénomènes météorologiques observés sur la Terre. En effet, le bilan radiatif global de la Terre est tel que la densité thermique à la surface de la Terre est en moyenne à 99,97 % ou 99,98 % d’origine solaire. Comme pour tous les autres corps, ces flux thermiques sont continuellement émis dans l’espace, sous forme de rayonnement thermique infrarouge ; la Terre restant ainsi en « équilibre dynamique ».

 

 

 

 

 

Ma vidéo :

http://www.lemonde.fr/cosmos/video/2016/04/27/nouvelles-images-du-soleil-ultraviolets-et-eruptions_4909726_1650695.html

 

Joris et Mickaëla

Le cancer étape 2

Cancer : soigner en temps et en heure.

La chronologie

 

 

Introduction : La chronobiologie est une discipline scientifique étudiant l’organisation ( du temps) des êtres vivants, des mécanismes qui en assurent la régulation (contrôle, maintien) et de ses altérations. Cette discipline traite essentiellement de l’étude des rythmes biologiques.

 

1. LES VACCINS

 

Dans la chronologie des vaccins, les dates retenues pour les vaccins les plus anciens sont généralement celles de leur année de développement. Pour les vaccins plus contemporains, c’est en revanche leur année de commercialisation qui est retenue. À noter aussi que cette chronologie s’attarde surtout sur les vaccins préventifs, non sur les curatifs. L’on peut citer l’année 1976, date du premier vaccin anti-variole. 1921 voit arriver le premier vaccin contre la tuberculose et 1963, celui de la rougeole.


http://actu.univ-fcomte.fr/sites/default/files/styles/sticky_12_cols_840x400/public/seringue-001.jpg?itok=97D6HRuZ

 

2. TRAITEMENT ANTICANCEREUX

 

Les médicaments anticancéreux vont altérer les cellules cancéreuses au point que l’ordre est donné à celles-ci de s’autodétruire. C’est ce qu’on appelle l’apoptose.

En France, plusieurs millions de personnes sont concernées par les maladies respiratoires.

Dans le monde, on estime qu’en 2020, sur 68 millions de décès, 11,9 millions seront causés par les maladies respiratoires.

Dans la plupart des cas, une prise en charge précoce permet d’éviter leur aggravation.

http://img.bfmtv.com/i/0/0/74c/2149b5990c2f02dedcb52e1013bb2.jpg

 

CONCLUSION:

Le cancer est encore une maladie terrible,mais une maladie qu’on apprend de plus en plus à connaître. La médecine évolue à toute vitesse et les traitements deviennent de plus en plus efficaces. De plus, on comprend mieux comment cette maladie est liée aux habitudes et aux conditions de vie. Ainsi, on peut mettre de l’avant un certain nombre de mesures de prévention comme arrêter de fumer, varier son alimentation et faire de l’exercice. De plus, on peut travailler à améliorer les conditions de vie et de travail des populations les moins favorisées ainsi que leur état de santé. Grâce à toutes ces mesures, il n’est peut-être pas si loin le jour où le cancer redeviendra une maladie rare. Mais alors, de quoi mourrons-nous ?

Fait par Pigois Loriane, Auclair Morgane, Navarro Mathilde, Perrier Coraline et Pelong Lola.
Source: http://liguecancer92.org/content/information-prevention?gclid=CLOXp5Pxs8wCFbEy0wodvhwHaA

La théorie de l’évolution

Les journalistes scientifiques prouvent que différentes parties du corps humain constituent des marques de l’évolution et de la sélection naturelle.

 

1 le tendon

Tout d’abord, dans une vidéo, les journalistes scientifiques tendent à montrer que le corps humain constitue, en réalité, le produit de l’évolution et de la sélection naturelle. Certaines parties de notre anatomie ne remplissent en effet plus leurs fonctions primaires, mais sont bien restées présentes. 
Par exemple: lorsque l’on étend notre bras sur une surface plane, on peut remarquer un tendon lorsque l’on joint notre pouce et notre auriculaire. Si non, pas de panique, vous faites partie des 10 à 15% de la population qui ne possède pas de tendon du muscle long palmaire. Cette absence ne constitue en aucun cas un handicap. 
Si vous possédez le tendon du muscle grand palmaire, vous êtes une preuve vivante que l’Homme
est le cousin du singe.

2 l’oreille

Ensuite, les preuves ne s’arrêtent pas là. Lorsqu’un bruit se fait entendre, l’oreille de l’Homme essaye inconsciemment de bouger vers la direction de ce bruit, sans y arriver. L’Homme possède en effet trois muscles situés autour du pavillon de l’oreille. Les muscles auriculaires antérieur, supérieur et postérieur sont tous atrophiques, c’est-à-dire que les cellules de ces muscles ont perdu, au fil du temps et de l’évolution, leur poids et leur volume. C’est la raison pour laquelle, nous ne pouvons pas bouger nos oreilles, comme certains animaux par exemple le chien ou le chat.

3  le coccyx

Enfin, un dernier exemple, le coccyx. Cet os situé à l’extrémité de la colonne vertébrale se termine par la soudure de quatre vertèbres atrophiées, et constitue en réalité une sorte de queue. Une partie du corps qui existait chez les ancêtres de l’Homme, mais qui une fois de plus, a diminué au cours de l’évolution. Dans le cas de l’Homme, les cellules de cette ‘queue’ sont programmées pour disparaître quelques semaines après leur apparition, au stade embryonnaire. Dans des cas extrêmement rares cependant, une mutation permet aux cellules de l’emporter sur l’évolution naturelle. Résultat, un enfant peut naître avec une excroissance dans le bas du dos.

 

Pour conclure, tous ces exemples nous montrent qu’au  fil du temps l’être humain n’a cessé d’évoluer et  des parties du corps s’atrophient ou se rallongent.


source : l’express (votre corps est la preuve de la théorie de l’évolution)

source de l’image

http://static.lexpress.fr/medias_10874/w_640,c_fill,g_north/muscles-auriculaires_5567519.jpeg

source des textes

http://www.lexpress.fr/actualite/sciences/video-votre-corps-est-la-preuve-de-la-theorie-de-l-evolution_1774965.html

Réalisé par Blin Garance et Dietz Justine

Le poisson hermaphrodite

Le poisson hermaphrodite

 

 

Introduction :

Une équipe internationale a trouvé un poisson femelle ayant passé toute son existence isolée de toute être vivant dans un aquarium.

Ce poisson a eu des larves à plusieurs reprises. Les auteurs de l’étude ont croisés un pundamilia femelle et un Néochromis omnicaeruleus mâle , originaire du lac Victoria, en Afrique. Ce poisson devient hermaphrodite.

L’étymologie du mot « hermaphrodisme » vient du latin « hermaphroditus ».

Un hermaphrodite qualifie un être vivant portant les organes reproducteurs des deux sexes.

 

I. Y a-t-il plusieurs sorte d’hermaphrodisme ?

On distingue trois types d’hermaphrodisme :

Hermaphrodisme simultané
Il existe à l’état naturel chez certains animaux comme certaines cochenilles, certaines coquilles Saint-Jacques et certains parasites, ou plantes comme le pommier qui portent les organes sexuels mâles et femelles (étamine et pistil) dans la même fleur.

On peut assister alors à une autofécondation : la fécondation des œufs se fait par les spermatozoïdes du même organisme. Mais ce phénomène reste plutôt rare car cela ne favorise pas le brassage génétique. La plupart des fécondations chez ce type d’hermaphrodite sont donc des fécondations croisées : elles nécessitent l’accouplement entre individus, ce qui peut être facilité par la séparation très nette dans l’espace des organes des deux genres (comme sur le maïs qui portent des fleurs mâles et femelles à des hauteurs différentes).

Hermaphrodisme successif ou séquentiel
Certaines espèces d’animaux sont au cours de leur vie d’abord mâles puis deviennent femelles vers la fin. C’est le cas, par exemple, des crépidules (mollusques marins), du poisson clown, certains batraciens et reptiles…

On parle de protérandrie lorsque les gamètes mâles sont produites avant les gamètes femelles (huître…) et, plus rarement, de protérogynie dans le cas contraire (mérou…).

Hermaphrodisme juvénile précoce
Traduit les espèces gonochoriques adultes qui ont une phase hermaphrodite mais qui ne produisent pas de gamètes lors de leur développement.

 

II. Y a-t-il plusieurs animaux hermaphrodites ?

 

L’escargot: Cette escargot possède un vagin et un pénis.

 

https://openclipart.org/image/2400px/svg_to_png/46135/Escargot-Anatomie-01-Francais-Snail-Anatomy-French.png

Le mérou : Ce poisson peut changer de sexe 1 fois de sexe au cours de sa vie.

http://static.wixstatic.com/media/9c9f01_d1e7ff767924c11b02df3196f4025c95.jpg

 

Il y a encore beaucoup d’autres êtres vivants hermaphrodites comme …

http://www.sylvie-tribut-astrologue.com/wp-content/uploads/2012/05/IRIS-JAUNE-DES-MARAIS.jpg

C’est un iris jaune des marais, oui les plantes aussi peuvent être hermaphrodites.

 

 

Conclusion :

Finalement, il existe trois sortes d’hermaphrodisme ( Hermaphrodisme simultané, Hermaphrodisme successif ou séquentiel, Hermaphrodisme juvénile précoce). Il existe bien plusieurs sortes d’animaux hermaphrodites.

 

Travail réalisé par Jade, Quentin, et Elwena.

Le cancer – Etape 1

 

PRESENTATION DE LA MALADIE

Le cancer est une maladie caractérisée par une prolifération cellulaire (tumeur) anormalement importante au sein d’un tissu normal de l’organisme, de telle manière que sa survie est menacée. Toutes ces cellules dérivent d’un même clone, cellule initiatrice du cancer qui a acquis certaines caractéristiques lui permettant de se diviser indéfiniment. Au cours de l’évolution de la maladie, certaines cellules peuvent migrer de leur lieu de production et former des métastases. Pour ces deux raisons, le dépistage du cancer doit être le plus précoce possible

Des facteurs hormonaux, et épigénétiques sont possibles. Des études scientifiques concluent que seul 5 à 10 % des cas de cancer sont uniquement attribués à des facteurs génétiques contre 25 à 30 % au tabagisme, 30 à 35 % aux régimes alimentaires (dont l’alcool), 15 à 20 % aux infections, et 10 à 25 % aux autres facteurs (rayons ionisants, stress, activité physique insuffisante, pollution de l’environnement). Il y a plusieurs sorte de cancer ; comme le cancer du sein, le cancer du poumon, le cancer de l’utérus, cancer du fois, cancer des os, cancer de la peau… Les cancers sont des maladies génétiques.