Catégories des archives : 3e5

Articles produits par les élèves de 3e5 pendant l’année scolaire 2011-2011.

MangerBouger

Introduction : Manger et bouger font partie de notre vie quotidienne. Mais savez-vous que 10 % des Français sont obèses ? Cet exposé vous présentera les recommandations de « MangerBouger » et les conséquences de l’obésité sur la santé. Il vous présentera également comment remédier  à l’obésité.

 

1/ Manger et bouger : comment et pour quoi faire ? Quelles recommandations ?

2/L’obésité : Qu’est ce que c’est ?

3/Quelles sont les conséquences sur la santé ?

4/ Comment lutter contre l’obésité ?

 

Manger et bouger


1/Comment ?

 

Manger, c’est l’occasion de découvrir des nouvelles saveurs et de se faire plaisir. Faire une pause au travail, se retrouver à table en famille, partager une bonne dinde de noël sont des plaisirs simples. Mais il ne faut pas en abuser !


 

Au quotidien, il n’est pas facile de faire avaler des légumes verts à votre petit ou de contrôler votre ado qui mange des chips avec ses copains… Mais avec des règles simples et des conseils astucieux, vous verrez que ce n’est pas si compliqué de manger mieux !

 

Pour bien manger, il suffit de manger un peu de tout en quantité raisonnable pour avoir un maximum de nutriments interressants. Il faut également consommer :

 

- Des fruits et des légumes: au moins cinq par jour

- Produits laitiers : trois par jour et jusqu’à 4  pour les personnes agées et les enfants

- Des féculents à chaque repas

- Des proteines (de la viande, des poissons ou des oeufs) : 1 à 2 fois par jour

- Des matières grasses et produits sucrés: les limiter. Il faut les choisir pour pleinement et profiter !

- Du sel : ne pas en abuser (environ 5 grammes par jour )

- De l’eau à volonté : car c’est la seule boisson boisson indispensable.

2/ Recommandations

Une alimentation non équilibrée peut avoir de graves conséquences sur la santé;

Pour y remédier, il faut surtout  écouter sa faim, puis savoir s’arrêter de manger. Il faut évidemment se faire plaisir et manger des choses qui nous font envie, évidemment de manière raisonnable.

 

L’obésite

1. Définition du surpoids et de l’obésité

Le surpoids et l’obésité sont en général la conséquence d’un apport trop important de calories dont le corps ne peut pas brûler. Il s’agit d’un problème de plus en plus fréquent à travers le monde entier , car les gens sont de plus en plus sédentaires (font trop peu d’exercice) et s’alimentent de moins en moins sainement

L’obesité peut aussi être maladive.


2. Quand parle t-on de surpoids ou d’obésité

Méthodes pour mesurer l’obésité

Les médecins utilisent en général l’Indice de Masse Corporelle (IMC),  pour mesurer l’excès de poids chez une personne

Cette formule permet au médecin de diagnostiquer si un individu a un poids normal (entre 20 et 25) s’il est en surpoids ou excès de poids (entre 25 et 30) ( ou s’il est à considérer comme étant obèse (BMI supérieur à 30).

Il peut également être intéressant pour le médecin de mesurer le tour de taille.

Pour mesurer votre tour de taille : mesurez la longueur de votre tour de taille avec un ruban au niveau le plus proéminent du ventre (souvent au niveau du nombril) et cela sans rentrer le ventre (être naturel en respirant normalement).

Voici les résultats de cette mesure:

Tour de taille
Femmes
Hommes
idéal
jusqu’à 80 cm
jusqu’à 95 cm
élevé
de 80 à 88 cm
de 95 à 103 cm
trop élevé
plus de 88 cm
plus de 103 cm

 

 

 

Les causes du surpoids ou de l’obésité peuvent être multiples (au vu du nombre de régimes qu’il existe sur le marché, on se rend compte également qu’il existe des controverses sur l’origine du surpoids ou de l’obésité, l’un estime que c’est la graisse, l’autre le sucre, etc)  : > une mauvaise alimentation : trop riche en calories

> une origine génétique, aussi appelée héréditaire (suite à un mauvais métabolisme des graisses ou des sucres)

> un manque > un ensemble des causes mentionnées ci-dessus, par exemple une mauvaise alimentation couplée à un manque d’exercice, ce qui signifie qu’on absorbe plus d’énergie qu’on en dépense, ce qui aboutit logiquement à une prise de poids.

 

3/ Les conséquences sur la santé ?

Outre le problème esthétique et le regard des autres, l’obésité a de graves conséquences sur la santé d’un individu, et plus cette obésité sera importante, plus les problèmes seront sérieux.

L’hypertension artérielle :

Un obèse de 25 à 35 ans a 6 fois plus de chances de voir se développer une hypertension artérielle avec toutes ses conséquences vasculaires sur le cerveau, le coeur et les reins.

Le diabète de type 2 :

Encore appelé diabète gras, il se caractérise par une augmentation permanente du taux de sucre dans le sang associée à une augmentation de l’insuline (hormone diminuant le taux de glucose dans le sang) sécrétée par le pancréas et dont l’insuffisance provoque le diabète En effet il existe une résistance des cellules à l’insuline chez l’obèse, ce qui entraîne une augmentation de cette l’insuline qui elle-même va augmenter l’appétit, c’est un cercle vicieux.
Ce diabète expose à de multiples complications essentiellement au niveau artériel (comme l’hypertension) avec possibilité plus grande d’accident vasculaire cérébral, d’infarctus et d’angine de poitrine,mais aussi au niveau capillaire avec atteinte du rein (au maximum insuffisance rénale), atteinte de la rétine (au maximum perte de la vue). Il existe d’autres complications comme la sensibilité aux infections, le mal perforant plantaire, etc…

L’insuffisance veineuse

Avec son cortège de jambes lourdes, de varices et d’ulcères est plus fréquente chez l’obèse en raison de la mauvaise qualité des tissus et du manque d’activités physiques.

Les dyslipidémies,

surtout l’hypertriglycéridémie (augmentation de certaines graisses dans le sang) sera souvent la règle aggravant encore les risques cardio-vasculaires, surtout en cas d’obésité . De même cette augmentation des lipides, dont le foie est le principal épurateur, va entraîner une surcharge hépatique (ou stéatose hépatique, le foie gras en somme).

L’insuffisance cardiaque

sera plus fréquente, conséquence d’un plus gros travail demandé au coeur pour le moindre effort, .

L’arthrose des articulations porteuses

Mécaniquement toutes les articulations de la moitié basse du corps vont souffrir de cet excès de poids, tant les tendons (tendinites) que les surfaces articulaires d’où une arthrose invalidante plus précoce que chez quelqu’un de normal. Les articulations concernées sont les dernières vertèbres, les hanches, les genoux et les pieds.
Au maximum, dans les grandes obésités (200 à 300 kg), le sujet est cloué au lit.

L’ensemble de ces facteurs entraîne une diminution statistique de l’espérance de vie et de sa qualité.

 

4/ Comment lutter contre l’obésité

Pour lutter contre l’obésité,  il faut surtout avoir de bonnes habitudes alimentaires : Simplement, en mangeant équilibré : 1 salade, 1 viande ou poisson (200 gr.) 1 légume ou féculent, 1 part de fromage (35 g) et 1 fruit. Beaucoup d’eau aussi.
Une alimentation équilibrée n’est pas forcément une alimentation restrictive. On peut très bien allier équilibre et plaisir.(Voir 1 : MangerBouger) et surtout pratiquer une ACTIVITE PHYSIQUE REGULIERE (tout simplement du vélo ou bien des activités en club comme le foot, le rugby pour les garcons, l’aérobic pour les filles…)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion : Pour ne pas devenir obèse, il faut éviter de manger des plats trop caloriques mais surtout avoir une alimentation saine. Etre obèse veut dire diminuer son espérance de vie. Il faut donc être très méfiant;

Malheureusement pour certaines personnes, modifier ses attitudes alimentaires ne changera rien

Les Principaux sites à risques en France et la nature de ces risques.

I) Introduction :

En France les sites à risques sont surtout des sites pollués. La capitale compte de nombreux sites pollués. La cause de ces risques est surtout dû aux usines.

 

II) Quels sont les sites pollués en province ou en banlieue ? Quels sont la nature de ces risques ?

 

Dans le département de la Seine-Saint-Denis (93) :

Aubervilliers : les terrains ont été contaminés par des déchets radioactifs et des hydrocarbures.

Aulnay-sous-Bois : Des maisons devaient être construites sur le site d’une ancienne usine de broyage de minéraux, dont de l’amiante. Le projet est bloqué depuis qu’une étude de l’Institut de veille sanitaire a mis en évidence des cas de maladies liées à l’amiante chez des personnes ayant vécu à proximité.

Dans le département du Val d’Oise (95) :

Louvres : La construction d’un supermarché sur le site d’une ancienne usine a libéré les cyanures contenus dans les sols. Conséquence : une pollution importante de la nappe phréatique et de plusieurs points de captage d’eau potable.

Pierrelaye et Bessancourt : Les sols de la plaine de Pierrelaye-Bessancourt sont pollués par les eaux usées de Paris, qui contiennent du cadmium. La préfecture a décidé d’interdire les cultures maraîchères.

Dans le département de l’Essonne (91) :

Gif-sur-Yvette : La radioactivité reste toujours très importante dans le quartier pavillonnaire des Petites-Coudraies, où les terrains d’une ancienne usine d’extraction d’uranium ont été mal décontaminés.

Dans le département des Bouches-du Rhône (13) :

Marseille : Dans le XVIe arrondissement, la moitié des terrains a été en grande partie dépolluée pour près de 50 millions d’euros.  Les eaux sont surveillées en raison de risques d’écoulement d’arsenic. Au sud de la cité phocéenne, les bords de mer, depuis la Madrague jusqu’à Callelongue, sont concernés par une pollution vieille de plus d’un siècle, notamment au plomb. L’accès à la plage de Samèna, dans les calanques, ainsi que la consommation d’oursins provenant de la zone sont interdits depuis deux ans.

Dans le département des Alpes-Maritimes (06) :

Villefranche-sur-Mer : La construction d’une école maternelle et de logements sur le site de l’ancienne usine à gaz est stoppée depuis un an. La ville conteste la qualité des travaux de dépollution menés.

Dans le département de la Haute-Corse (2B) :

Canari : C’est la plus connue des nombreuses mines d’amiante à ciel ouvert de l’île de Beauté.

 

La liste des sols pollués de France :

La ville de Paris sur la piste de 5 000 terrains à risques

  • Ile-de-France : 22 121 sites à risques
  • Paca et Corse : 16 895 sites à risques
  • Rhône-Alpes : 1 895 sites à risques
  • Grand Est : 35 173 sites à risques
  • Centre-Est : 11 020 sites à risques
  • Grand Sud : 33 541 sites à risques
  • Atlantique : 24 198 sites à risques
  • Grand Centre : 22 084 sites à risques
  • Grand Ouest : 46 942 sites à risques
  • Grand Nord : 28.405 sites à risque

 

III) Combien de sites et de sols pollués compte la capitale ?

Plus de 5 000 terrains sont potentiellement pollués à Paris. Certains sont connus.  En six ans, les services municipaux ont  identifié une cinquantaine de zones suspectes, comme dans le XIXe arrondissement, en 2003, lorsque les travaux de rénovation de la cité Michelet ont été lancés.

 

 

IV) Qu’est ce qu’un site pollué ?

Un site pollué est un site présentant un risque pour la santé humaine ou l’environnement du fait d’une pollution résultant d’une activité actuelle ou ancienne sur ce site. La pollution locale (qui concerne quelques dizaines d’hectares au maximum) ou ponctuelle des sols est généralement d’origine industrielle. Au 1er septembre 2005, on recense 3 717 sites pollués. Les anciennes zones minières et les zones fortement industrialisées sont les plus concernées (Nord – Pas-de-Calais, Lorraine, Alsace, Île-de-France, vallée du Rhône).

V) Conclusion

La pollution est dangereuse pour l’homme. Pour limiter celle-ci, il faudrait largement réduire les sites où les sols sont pollués en France en diminuant les rejets des usines.

Source Images : Google Images

Travail réalisé par Pierrick CAZIOT, Thomas ALLMANDET, Etienne DENORMANDIE.

Les sacrifiés de Fukushima.

http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr

Donner sa vie avec l’espoir fou que cela puisse sauver celle des autres.  Il y a là-bas une cinquantaine de personnes qui ont hypothéqué leur vie en espérant que leur sacrifice permettra de sauver leur pays, et tant d’autres vies à travers le monde. Des anonymes engagés avec détermination contre des forces terrifiantes. La mission est simple : refroidir coûte que coûte les réacteurs. Pour cela, il faut aller au cœur de la centrale. Les systèmes de refroidissement ayant été détruits, il faut d’une part pomper l’eau de mer, la transporter dans des camions-citernes pour l’injecter dans les réacteurs, et d’autre part actionner manuellement les vannes pour faire baisser la pression.

http://s2.lemde.fr

 

Ils interviennent équipés de combinaisons intégrales, branchées sur un compresseur ou dotées de bouteilles d’oxygène portables, voire d’un casque en surpression, pour se protéger de tout risque d’exposition cutanée, d’inhalation ou d’ingestion de particules radioactives. Ils tentent de se mouvoir dans la chaleur étouffante des bâtiments, due au dégagement de chaleur des combustibles.

http://images12.levif.be

 

Passé un certain seuil, les rayonnements gamma percent tout. La dose maximale admissible est de 20 millisievert (mSv) par an pour les travailleurs du nucléaire. Elle a été portée mardi par les autorités japonaises à 250 mSv. Et on évoque des débits de dose radioactive de 400 à 500 mSv/heure donc les pompiers ne sont pas sûrs de survivre très longtemps, exposés à de telle doses.

http://img.over-blog.com

 

De plus, afin de réaliser une cartographie précise des zones contaminées autour de la centrale nucléaire accidentée, l’université de Fukushima a émis l’idée d’utiliser des singes et des sangliers équipés de différents outils de mesures. Si la situation de la centrale de Fukushima est considérée comme stabilisée depuis des mois, la possible radioactivité environnante continue de susciter l’inquiétude. Afin de mesurer avec la plus grande précision les niveaux de radioactivité autour de la centrale de Fukushima, l’université de la préfecture japonaise a eu une idée pour le moins spéciale : envoyer des singes et des sangliers dans les zones irradiées. Les animaux permettront de cartographier des lieux difficiles d’accès. Dotés de GPS, de dosimètres et de compteurs Geiger, ces cobayes permettront de réaliser des mesures qui viendront compléter les données recueillies lors de survols en hélicoptère et en avion des zones contaminées. L’idée n’est pas nouvelle. En octobre dernier en effet, des singes avaient déjà ainsi été utilisés. Mais les données récoltées grâce aux bracelets électroniques dont ils étaient équipés n’avaient pas pu être récupérées.

 

De nombreux êtres humains se sacrifient chaque jour pour sauver la population japonaise et même la population mondiale. Même des animaux sont sacrifiés pour aider les  « sacrifiés »  à faire des mesures  ou à cartographiés la zone. Nous pensons que ces hommes sont des héros car ils meurent chaque jours pour sauver le « destin » de la planète.

Article réalisé par Chauvet Alexis et Dumont loup

Les méthodes contraceptives.

Les méthodes contraceptives :

 

Introduction : Les méthodes contraceptives visent toutes à faire en sorte que le procréation d’un enfant ne survienne qu’au moment choisi par le couple. Ces méthodes, très variées, agissent soit localement soit de façon globale en modifiant l’équilibre hormonal féminin. Les méthodes locales ont deux objectifs : Empêcher la rencontre des gamètes mâles et femelles, donc empêcher la fécondation (par exemple, les préservatifs masculins et féminins). Empêcher la nidation et donc s’opposer au déclenchement de la grossesse (par exemple, la pose d’un stérilet). Les méthodes hormonales : ce sont actuellement les méthodes les plus utilisées et les plus efficaces. Elles consistent à absorber sous forme de pilules, des hormones stéroïdes de synthèse (œstrogènes, progestatifs…). Ces hormones modifient le cycle hormonal naturel de la femme soit en empêchant l’ovulation, soit en empêchant la nidation de l’œuf, soit en rendant la glaire cervicale imperméable aux spermatozoïdes. Les méthodes contraceptives ne protègent en rien contre les maladies sexuellement transmissibles. Seul le préservatif est à la fois une méthode contraceptive et une protection contre les MST.

Source : http://www.palais-decouverte.fr/index.php?id=495

 

1/Le préservatif féminin


  • C’est quoi ?

Le préservatif féminin se présente sous la forme d’une gaine souple avec deux anneaux flexibles à chaque extrémités. Il s’insère au niveau du vagin, un anneau se mettant au fond, tandis que l’autre vient reposer sur la vulve à l’extérieur. Tout comme le préservatif masculin, il empêche le sperme de se répandre dans le vagin. On le trouve dans les pharmacies et dans les lieux de prévention.

  • Comment l’utiliser ?

Gare à la déchirure lorsque vous le sortez de l’emballage. Adoptez tout d’abord une position confortable afin de le poser. Le mieux est de se trouver assise ou couchée, voire debout en écartant une jambe. Prenez l’anneau intérieur entre le pouce et l’index, puis pressez. Insérez le délicatement dans le vagin le plus loin possible. Passez votre index dans le préservatif, puis poussez le jusqu’à ce que l’anneau intérieur soit au fond. Attention, l’anneau externe doit rester en dehors du vagin, et reposer sur la vulve. Pendant le rapport, il faut toujours vérifier que le pénis soit à l’intérieur du préservatif. Pour le retirer, il suffit de tourner l’anneau externe, pour que le sperme ne s’écoule pas au dehors, et de le tirer délicatement.

invonv vantages
- Un peu plus cher que le préservatif  masculin.

* Il est plus solide que le préservatif masculin, il y a donc moins de possibilité de déchirures éventuelles .

* Il peut être mis en place longtemps avant le rapport (jusqu’à plusieurs heures)

* Il ne comprime pas le sexe masculin .

* N’étant pas en latex, il ne provoque pas d’allergie .

Protection MST : vrai Protection grossesse :vrai

- Les anneaux ne font pas mal.

- Le préservatif, s’il est bien posé, ne bouge pas pendant le rapport.

- Il est facile à mettre en place.

 

Source : http://sante.ados.fr/dossiers/contraception/preservatif-feminin.html

 

2/Le préservatif masculin


Le préservatif masculin est indispensable lors des rapports sexuels. Il retient le sperme en l’empêchant d’entrer dans le vagin.

  • Comment l’utiliser ?

Avant toute chose, on vérifie que l’emballage comporte la mention NF ou CE… C’est un gage de qualité, la marque ayant été testée par les organismes de contrôle avant d’être commercialisée. Ensuite, on ouvre l’emballage avec beaucoup de précautions : utilisation des dents interdite, sous peine de déchirure.
L’extrémité du réservoir (la partie qui ressort) doit se trouver vers l’extérieur : on pince l’extrémité pour en chasser l’air. On le place sur le bout du pénis en érection et on le déroule tout le long jusqu’à sa base, tout en maintenant le réservoir. Si le préservatif s’en va au cours de votre rapport, changement obligatoire. Après éjaculation, il faut se retirer en maintenant la base du préservatif et mettre celui-ci à la poubelle.

invonv vantages
- Rien à signaler de particulier.

- Un des seuls moyens de se prémunir en même temps des maladies sexuellement transmissibles et les grossesses non désirées.

- Moyen de contraception que l’on peut trouver facilement.

- Prix modique voire gratuit dans certains centres.

Protection MST : vrai Protection grossesse :vrai

- Utiliser deux préservatifs ne protège pas plus.

- Il existe plusieurs tailles de préservatif : oubliez l’excuse du pénis trop grand (ou trop petit…).

- Lavage interdit bien sûr : un préservatif ne sert qu’une seule et unique fois.

- Le Sida peut se transmettre durant les préliminaires.

 

Source : http://sante.ados.fr/dossiers/contraception/pilule-du-lendemain-ivg.html

 

3/La pilule contraceptive


La pilule contraceptive est un contraceptif hormonal féminin . Elle se présente sous la forme de comprimés.

Comment l’utiliser ?

On les prend de manière quotidienne. Pour les plaquettes de 21 comprimés, c’est une par jour pendant 21 jours puis on arrête pendant 7 jours, période des règles. Pour celles de 28 comprimés, il faut toujours en prendre, sans jour d’arrêt. Le rythme est mensuel. Si l’oubli est supérieur à douze heures, il n’y a plus de protection. Pour les pilules microdosées, le seuil est de trois heures.

invonv vantages

- Un simple oubli peut remettre en cause la protection.

- Quelques effets plus ou moins indésirables peuvent parfois survenir : les peaux soumises à l’acné ou les cheveux peuvent parfois se graisser. (sutout pour les pilules progestatives)

- Si vous êtes sous traitement, certains médicaments peuvent atténuer son effet.

- Protection très efficace, connue et reconnue (entre 85 et 97% de protection).

- L’effet est immédiat.

Protection MST : faux Protection grossesse :vrai

- La pilule ne rend pas stérile, son effet s’estompe dès qu’on l’arrête.

- Elle ne favorise pas le cancer du sein.

Source : http://sante.ados.fr/dossiers/contraception/pilule.html

 

Conclusion: La contraception est-elle bien utile ?

La contraception est très utile si l’on ne souhaite pas avoir un enfant. Mais elle a aussi d’autres atouts. Revue de détail. Combinaison de deux hormones (le plus souvent) de synthèse, un estrogène et un progestatif, quelle que soit sa forme (pilule, patch ou anneau), elle a été conçue pour empêcher une grossesse. Ses avantages collatéraux ont été au fur et à mesure mis en évidence si bien que certaines filles la prennent, toujours sur ordonnance d’un médecin, alors qu’elles n’ont pas de rapports sexuels.

 

 

Lejemble Emma

Guillemeau Ophélie.

Energie fossile et énergie renouvelables : le nucléaire et l’éolien

1.INTRODUCTION

L’énergie nucléaire en France produit 421,1 millions de kilowatt/heure (75,2% de la production d’électricité en France).

L’énergie éolienne en France produit  (1,5%de la production d’électricité en France).

 

 

2.COMMENT CA MARCHE ?

2.1 Le nucléaire

Dans une chaudière appelée réacteur nucléaire l’eau est chauffée par les calories dégagées par la fission de l’uranium contenu dans les crayons combustibles. Ce phénomène se déroule sous forme de réaction en chaîne, contrôlée dans le coeur du réacteur par des barres de contrôle, et libère de la chaleur.

Un pressuriseur est chargé de maintenir l’eau à une pression de 155 bars afin qu’elle n’entre pas en ébullition. L’eau circule à plus de 300°C dans un circuit étanche dit primaire et alimente les générateurs de vapeur.

Au contact des tubes des générateurs, l’eau d’un deuxième circuit appelé secondaire, se vaporise. Cette vapeur fait tourner la turbine. Un alternateur couplé à la turbine produit l’électricité en 20 000V et un transformateur élève la tension à 400 000V avant son transport sur le réseau national de distribution.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

2.2 L’éolien

Dans la nacelle, l’hélice entraîne l’arbre de transmission relié à l’alternateur. L’énergie de mouvement lors de la rotation de l’arbre permet de produire un courant électrique alternatif. Une vitesse de 15 tours par minutes n’est pas suffisante pour faire fonctionner correctement l’alternateur, c’est pourquoi un multiplicateur de vitesse est positionné juste avant afin d’augmenter la vitesse de rotation à 1500 tours/minute.

Le transformateur situé à l’intérieur du mât élève la tension du courant électrique pour qu’il soit facilement transportable dans les lignes à moyenne tension du réseau.

 

 

3.Le démantèlement

 

3.1Le nucléaire

Le démantèlement contrairement à la déconstruction comprend la destruction de tous les composants, y compris les réacteurs nucléaires.

Le démantèlement est classé en trois étapes comme suit :

  1. mise à l’arrêt définitif
  2. démantèlement partiel
  3. démantèlement total

Le stockage des déchets nucléaires peut se faire soit en surface, à faible profondeur, en couches géologiques profondes ou en mer.

 

3.2 L’éolien

Le démantèlement est la phase finale d’un projet : l’éolienne est démontée, le site est débarrassé de tous les équipements liés au projet et le terrain restitué à son usage initial ou à un autre usage approuvé.

La durée de vie d’un parc éolien est estimée à 20 ans, une fois l’exploitation achevée la règlementation précise, dans l’article L 553-3 du Code de l’environnement, que l’exploitant d’une éolienne est responsable de son démantèlement et de la remise en état du site.

Le démantèlement d’une installation éolienne doit comprendre :

  • le démontage de l’éolienne;
  • le démontage des équipements annexes;
  • démantèlement du poste de livraison
  • l’arasement des fondations
  • desempierrement des chemins d’accès aux éoliennes
  • le devenir du réseau local de connexion au réseau électrique.

 

4. .Les accidents

 

4.1 Le nucléaire

Les accidents nucléaires sont classifiés dans 8 niveaux selon leur gravité.

Les accidents de Tchernobyl et de Fukushima sont des accident de niveau 7.

 

 

Les accidents nucléaires provoquent la contamination du lieu. En France, la distribution de pastilles d’iodes stables est prévue car la protection de la glande thyroïde est réalisée par absorption d’iode stable qui prévient la fixation ultérieure d’iode radioactif.

 

4.2 L’éolienne

 

Video :

 

 

5.Conclusion

 

En fait, l’homme a depuis toujours utilisé l’éolien (ou le vent c’est pareil), on a tendance à l’oublier : bateau à voile, moulin … et même pour sécher le linge !  Malheureusement l’homme a par la suite remplacé l’éolien pour une autre énergie moins capricieuse qu’il pouvait maîtriser. L’homme n’aime pas ne pas maîtriser, c’est comme çà.

 

 

Article fait par Vincent et Morgan

La truite

I / Introduction : Définition et étymologie

Nous cherchons à savoir comment les truites se maintiennent-elles dans les rivières. Le terme truite est un nom vernaculaire ambigu désignant plusieurs espèces de poissons de la famille des salmonidés.

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8e/Truite_gold.jpg/250px-Truite_gold.jpg

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/8/8e/Truite_gold.jpg/250px-Truite_gold.jpg

truite dorée.

II / Localisation :

Les truites vivent dans des eaux claires et vives. Elles ont été également introduites en Australie et en Nouvelle-Zélande au XIXe siècle. Les truites sont  plus fréquemment retrouvés dans les rivières, de première catégorie. En 2012 l’ouverture de la truite s’est faite le 10 mars. Les premiers pêcheurs pouvaient mettre les « cannes à l’eau » une demi heure avant le lever du soleil. C’est pareil pour tous les pêcheurs français. Quant à la date de fermeture, elle est fixée le dimanche 16 Septembre.

III / Description :

http://www.truitesetrivieres.com/connaitrelatruit/index.html

http://www.truitesetrivieres.com/connaitrelatruit/index.html

les parties de la truite.

 

  • 1: Bouche
  • 2:Oeil
  • 3:Nageoire dorsale, sert pour la rotation droite/gauche
  • 4:Adipeuse
  • 5:Opercule
  • 6:Nageoire pectorale, sert pour la direction haut /bas
  • 7:Ligne latéral
  • 8:Nageoire pelvienne,sert pour l’équilibre de la truite
  • 9:Nageoire anal, en complément de la nageoire dorsale, direction droite/gauche
  • 10:Nageoire caudale, sert à la propulsion

Certains individus atteignent une trentaine de kilogrammes. Selon les espèces, la durée de vie peut varier de 7 ans à plusieurs dizaines d’années.

IV/Moyen de peuplement :

Pour garder la population des truites nombreuses dans les rivières, il existe des associations telle celle de « la truite fariot » qui siège à La Châtre. Cette association densifie les rivières de l’Indre. A chaque sortie, elle dépose environ 1000 truites dans les rivières.

Des œufs fécondés sont placés sur des frayères artificielles, et des alevins sont élevés et relâchés dans les rivières, pour participer au repeuplement de milieux dégradés, menacés ou surexploités. Néanmoins, si ces pratiques sont souhaitables et bénéfiques lorsqu’il s’agit d’espèces autochtones, elles ne contribuent pas à la sélection naturelle, peuvent poser des problèmes de diversité génétique et sont néfastes lorsqu’il s’agit d’introduire des espèces exogènes, ou des poissons susceptibles d’être anormalement porteurs de maladies ou parasites.

V/ Les fraudes :

Certains pêcheurs font de la surpêche, c’est à dire qu’ils prennent plus de poissons que la limite autorisée. Dès qu’un pêcheurs va à la pêche il ne peut pas prendre plus de 6 truites. D’autres pêcheurs eux, pêche sans respecter les lois, soit en pêchant avant l’ouverture, soit en mettant des batteries dans la rivières ce qui électrocutent les poissons qui vont remonter à la surface et qui vont les pêcher avec un filet. Pour surveiller les fraudes il existe des gardes pêches.

VI / Conclusion :

Pour conclure, je peux dire que si les associations pour repeupler les rivières n’existaient plus, il n’y aura peut être plus de poissons au jour d’aujourd’hui.

Travail réalisé par CORDIER Cédric et LANGLOIS Flavien.