Catégories des archives : 3e4

Articles produits par les élèves de 3e4 pendant l’année scolaire 2010-2011.

Le nuage radioactif au Japon

Le nuage radioactif au Japon

Nous allons vous présenter notre exposé sur le nuage radioactif du Japon.

Quelles sont les dangers pour le monde ?

Quelles sont les conséquences pour le Japon ?

Peut-on revenir sur un lieu radioactif ?

Nous allons vous présenter notre exposé sur le nuage radioactif au Japon.


 

Les dangers pour le monde :

source : http://www.japonation.com/tag/radioactivite

 

Il n’a fallu qu’une dizaine de jours pour que le nuage radioactif du Japon atteigne les Etats-Unis puis l’Europe. Sur cette carte, les plus touchés ont été les japonnais et les américains, mais les experts français disent que la radioactivité en France est trop basse pour être détectée.

De plus, les fortes pluies ne font qu’accentuer le dépôt de radioactivité.

Sources : www.japonation.com

 

2° Les conséquences pour le Japon :

sources : http://www.lefigaro.fr/environnement

 

Une alerte à la contamination de produits alimentaires près de la centrale de Fukushima (ex : le lait et les épinards) ainsi que l’eau dans les robinets de Tokyo et ses environs.

De plus, beaucoup de japonnais ayant respiré l’air du nuage seront atteints de cancers de la thyroïde.

Sources : www.lefigaro.com

 

3° Peut-on revenir sur un lieu radioactif ?

sources : http://www.leblogfinance.com/assets_c/2011/03/fukushima-nucleaire-japon-thumb-200×160-124311.jpg

 

Il est très dangereux de revenir sur un lieu radioactif car la radioactivité y est toujours présente avec des taux plus ou moins élevés.

La radioactivité ne s’estompe pratiquement jamais, comme par exemple à tchernobyl où elle est toujours présente.

Pour la sécurité des habitants, ces endroits sont fermés à la population pour éviter les risques d’irradiation.

Sources : www.leblogfinance.com

Les conséquences du nuage radioactif sont à l’échelle mondiale puisque plusieurs  pays ont été touchés. Le Japon a été durement affecté par la radioactivité. La central de Fukushima a été condamnée définitivement à toute la population ainsi que ses alentours.

Auteurs : Bonnet Quentin – MAILLET Tom

L’impact sur les populations sylvestre de la déforestation pour créer des terres cultivables

 

I Les impacts :

Il n’existe pas actuellement d’inventaire précis des surfaces déforestées dans le monde. L’importance de ce phénomène a pourtant incité des organismes comme la FAO à mettre en œuvre des moyens d’investigation appropriés pour évaluer son ampleur et son évolution. C’est ainsi qu’entre 1980 et 1990, le total des surfaces de forêts et autres terres boisées a diminué de plus de 135 millions d’hectares, soit 3 % de la surface forestière mondiale qui est de 4 milliards d’hectares. Mais cette dramatique réalité masque deux évolutions opposées :

- celle de la zone tempérée, où la forêt s’est accrue de 17 millions d’hectares,

- celle de la zone tropicale, où la perte forestière est de 154 millions d’hectares.

La déforestation est donc un phénomène tropical. Les forêts de l’Union Européenne sont, quant à elles, en très forte augmentation tant en surface qu’en croissance biologique. Le volume de bois sur pied s’accroît de 70 millions de m3 par an actuellement.


source : http://environnement.ecole.free.fr/images4/deforestation.jpg

 

Nos sources :

http://environnement.ecole.free.fr/deforestation_degradation_bois.htm http://environnement.ecole.free.fr/images4/deforestation.jpg

 

A.arturo

P.S Daniel

 

Manger mieux, bouger plus.

Introduction : Cet exposé va vous montrer tout ce qu’il y a à voir sur le slogan « Manger, bouger »

 

 

1) Que signifie « Manger bouger »?
2) Comment être en bonne santé?
3) Comment lutter contre l’obésité et le surpoids chez les jeunes ?

1) « Manger, bouger » est un slogant qui nous incite à prendre soin de nous du côté santé. Nous construisons ainsi notre santé autour d’une alimentation adaptée et d’une activité physique régulière. Ce mode de vie « sain » contribue à limiter la prise de poids mais également un certain nombre de problèmes de santé comme les cancers, diabète de type 2, excès de cholestérol, maladies cardiovasculaires, ostéoporose.

 

2) Pour être en bonne santé il faut pratiquer une activité physique régulière et avoir des bonnes habitudes alimentaires, ne pas manger trop gras, trop salé ou trop sucré et ne pas grignoter entre les repas. Si la pratique de l’activité physique est faible le risque d’infarctus sera élevé. Si l’on consomme trop de graisses animales le taux de cholestérol sanguin augmente.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

3) Pour lutter contre le surpoids ou l’obésité il faut manger suffisamment pour que nos besoin sois équivalant à notre apport. Pour évaluer le degré de notre surpoids ou d’obésité d’un individu, on utilise l’indice l’ IMC (Indice de Masse Corporelle) qui se calcule en divisantlamasse (en kg) par le carré de la taille (en m²). Un sujet est atteint d’un surpoid si son IMC est entre 25 et 30, il est qualifié d’obèse si cet indice dépasse 30.

 

Conclusion  : Tout ça pour dire que pour être en bonne santé il faut avoir de bonnes habitudes alimentaires et pratiquer une activité physique régulière afin d’éviter tout type de maladie.

 

Article réalisé par : ROSSIGNOL Margaux, GRANGER Charline et ALGRET Gabrielle.

Les sources : Google et Manger bouger.fr